Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

 Primavera bis

11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 19:51

 

La-Primavera-de-Sandro-Botticelli.jpg de Sandro Botticelli " La Primavera " vers 1478

Nous voici depuis quelques jours en mars,  mois annonçant le Printemps, la Primavera en italien,...  j'ai toujours aimé cette saison, ni trop chaude, ni trop froide, j'en aime les promesses d'une nature qui s'éveille et nous fait oublier les longues journées d'hiver, bien sûr me diras-tu, il nous faut encore attendre quelques jours...mais ce dimanche fut si printanier, alors pourquoi attendre pour fêter cette renaissance ! Prima

 

Fleurs du printemps de Arthur Hacker

de Arthur Hacker

 

À une june Italienne

 

Février grelottait blanc de givre et de neige ;

La pluie, à flots soudains, fouettait l’angle des toits ;

Et déjà tu disais : « Ô mon Dieu ! quand pourrai-je

Aller cueillir enfin la violette au bois ? »

 

Notre ciel est pleureur, et le printemps de France,

Frileux comme l’hiver, s’assied près des tisons ;

Paris est dans la boue au beau mois où Florence

Égrène ses trésors sous l’émail des gazons.

 

Vois ! les arbres noircis contournent leurs squelettes ;

Ton âme s’est trompée à sa douce chaleur :

Tes yeux bleus sont encor les seules violettes,

Et le printemps ne rit que sur ta joue en fleur !

 

                        Théophile Gautier  ( 1811 - 1872 )

 

przfax5x

 

Primevères                     Les premières primevères de mon jardin _ primule en italien, 


Repost 0
Published by primavera - dans POESIE
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 15:45

DSC08268-bis.jpg

 

À quelques kms de Saint-Malo, vers Cancale, je te propose de découvrir Rothéneuf , pas le village... mais 500m² de rochers sculptés dans la falaise, l'accès m'en est devenu difficile, aussi je n'ai fait que quelques photos de ces visages sculptés par un Ermite, l'abbé Fouré ( 1839 - 1907 )....  

 DSC08280

 

... Recteur de Paimpol, devenu sourd et muet, passionné de scupture, il se retirera à Rothéneuf et de  1894 à 1907, taillera dans le granit plus de 300 statues, inspirées en partie par la légende des Rothéneuf, mais aussi par la Guerre du Transvall, l'actualité coloniale, des saints bretons, sans oublier l'enfant du pays, le malouin et célèbre Jacques Cartier découvreur du Canada.....

 

DSC08289-bis.jpg

 

....une oeuvre unique au monde, une saga écrite dans la pierre, exposée à la puissance des tempêtes, aux marées et aux embruns qui érosent doucement cette oeuvre gigantesque. Des visages taillés dans le granit au dessus de la mer, superbe !

 

DSC08291

 

.... chaque rocher sculpté porte un nom de corsaire, de vieux loup de mer, Eugène, Rochefort, La Goule, La Haie... ils me tinrent compagnie pendant que mes enfants et petits-enfants s'aventurèrent plus en avant dans les rochers à la quête de nouvelles sculptures.... tandis que sur un banc taillé dans le granit, dominant les rochers et la mer je rêvais à de lointains voyages ! Prima

 

" ... Assis au bord des ondes,

Je contemple la mer dont les houles profondes

Ne s'arrêtent jamais, tumultueux troupeau

Bondissant jour et nuit sans halte et sans repos.

Et nous nous regardons, moi, rêveur, elle énorme. "

 

Victor HugoDSC08269.jpg

Repost 0
Published by primavera - dans BRETAGNE
commenter cet article
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 10:38

de DL Valdesde DL Valdes

 

Dans la suite de mon précédent billet un poème choisi dans " Partition rouge "  _  " Poèmes de l'Os magique ".

 

Jacob Nibénegenesabe qui vécut  quatre-vingt-quatorze ans près du lac Winnipeg au Canada, était un conteur mais aussi un poète qui découvrit les pouvoirs de l'os à voeux :

 

" Un printemps près du lac Winnipeg, une oie des neiges solitaire apparut haut dans le ciel. Elle decendit en planant sur un plus petit lac et nagea jusqu'à son bord. Tout près, alerté par le vent qui apportait à ses narines l'odeur de l'oie, un lynx se tapit en silence. L'oie tendit le cou un instant, aux aguets. Mais avant qu'elle eut pu s'envoler le lynx la tenait entre ses dents. Il la dégusta os et plumes. Alors, comme il allait craquer un os pour en sucer la moelle, un homme poussa un cri et aussitôt le lynx se retrouva dans un arbre. Il ne restait de l'oie que des débris, mais parmi ceux-ci l'homme trouva un os dont on dit qu'il protége le coeur _ un  "os à voeux". Il l'examina avec grand soin. Plus tard, il découvrit que cet os était un instrument de métamorphoses qui lui permettait de devenir un "joueurs de tours" capable de faire exister les choses en les désirant et de se trouver lui-même dans toutes sortes de situations." 

 

Si comme Nibénnegenesabe je disposais de cet "os à voeux '... je sais ce que je souhaiterais... et moi seule le sait ... Prima

 

k0lo9j03

de Jonnie Kostoff - daydreamers -de Jonnie Kostoff : " Daydreamers "
Une-fois-je-me-voulais.jpgxxxx.jpg
Une fois je me voulus amoureux
J'étais un petit écureuil
rayé de noir
Je grimpais aux branches tremblantes pour lui cueillir des fruits.
J'ai même nagé avec la lune sur l'eau
pour la rejoindre.
C'était une époque un peu troublée pour moi.
Je travaillais tout le jour pour trouver la nourriture
et je veillais toute la nuit sur son sommeil.
Ce n'est plus pareil à présent
mais mon coeur chante encore
quand je l'entends
au-dessus des feuilles

   Extait des " Poèmes de l'Os magique"  
transcrit et traduit par Howard A. Norman
  ( Partition rouge publié chez Points )
k0lo9j03

de Mike Juppde Mike Jupp
Repost 0
Published by primavera - dans POESIE
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 18:15

de Russ Dicken -spirit seekers -

de Russ Dicken  ( Spirit seekers )

 

Les Indiens ou Améridiens.... ce ne sont pas seulement les films que nous avons aimé, lesquels bien souvent ne leur donnent pas le bon rôle, c'est avant tout un peuple. Difficile de dire combien ils étaient avant les conquêtes européennes, certains chiffres se situent entre 35 et 50 millions, peut-être davantage...  de nos jours ils seraient environ 2 millions dont certains vivant dans des réserves dans des conditions souvent très difficiles.

  J'ai aimé les films d'indiens, il y en a eu de très bons... de moins bons, celui qui m'a le plus marqué est un film documentaire commenté par Kevin Costner dont la grand-mère était Cherokee; " 500 Nations." magnifique saga retraçant la vie de ce peuple de la période précolombienne jusqu'au XIX ème siècle.

 

 
de Robert Griffing
 C'est à partir de pictogrammes gravés en rouges dans le bois que fut retranscrit, "la partition" sorte de Bible des Lenapes ...
" Partition rouge " ( chez Points ) est un recueil de poèmes et chants de ces Indiens qui surent vivre en communion avec la nature....ces hommes qui veillaient à ce que l'harmonie du monde soient respectée, car dans chaque arbre, chaque plante et chaque fleur  vivait un esprit.
 
 Pour les Crees les histoires sont des êtres vivants...Dans la communauté chacun a gagné son identité selon une habitude, un trait de caractère, un mystère qui le rend différent, unique et permet de lui donner son nom que l'on dépose dans la mémoire, dans les mots du poète...   Prima  
 
k0lo9j03

 

  Partition-R-jpg

 

Silencieuse-Jusqu'au-Dégel

 

Son nom raconte comment

cela se passait avec elle.

 

La vérité est qu'elle ne parlait pas

en hiver.

Chacun avait appris à ne pas

lui poser de questions en hiver

une fois connu ce qu'il en était.

 

Le premier hiver où cela arriva

nous avons regardé dans sa bouche pour voir

si quelque chose y était gelé. Sa langue

peut-être, ou quelque chose d'autre au-dedans.

 

Mais après le dégel elle se remit à parler

et nous dit que c'était merveilleux ainsi pour elle.

 

Aussi à chaque printemps

nous attendions impatiemment.

 

 

 

                      Poèmes et chants des Indiens d'Amérique du Nord

                                     Traduits et présentés par

                         Jacques Roubaud et Florence Delay

 

 

k0lo9j03

 

de Jonnie Kostoff - one father maiden -

de Jonnie Kostoff  ( one father maiden )

Repost 0
Published by primavera - dans HISTOIRE
commenter cet article
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 13:32

 

DSC08163

 

En catimini

intrus parmi les fleurs roses

un camélia blanc

Et pourtant il est rose à fleurs doubles, il a commencé à fleurir en janvier avec presque deux mois d'avance et quelle ne fut pas ma surprise de découvrir, ce matin, une fleur blanche parmi tout ce rose ? La nature a parfois des fantaisies que je ne m'explique pas, ayant toujours connu ce camélia rose .... et ceci depuis 25 ans ! Prima 

 

k0lo9j03

 

DSC08161

 

Sur mon chapeau de jonc

plop !

c'était un camélia.

 

Taneda Santôka  ( 1882 - 1940 )

 

DSC08160

 

Un seul bruit 

au clair de lune __

la chute des camélias blancs

 

Takakuwa Rankô  ( 1726 - 1798 )

 

k0lo9j03

 

DSC08163 x

Repost 0
Published by primavera - dans POESIE
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 18:00

la-saint-Valentin.jpg

 

C'était il y a quelques années, quel âge avais-tu  ? Dix ans ? Un peu plus, un peu moins, je ne sais plus, mais ce dont je me souviens...  tu cassas ta tirelire, descendis chez la fleuriste, achetas une rose et tu partis comme un grand offrir une rose à Cynthia, ta petite amie d'école et de jeux...

Quand je vois cette photo de Kim Anderson, je me rappelle cette très jolie histoire d'enfant.... la fraîcheur d'une Saint-Valentin,...

Ta mamie ne peut qu'être fière de Toi, car bien que tu aies pris quelques années de plus, je sais une charmante jeune fille qui recevra ce très joli cadeau venant du coeur... une rose ! Prima

 

sjoelsuk

 

 

Saint Valentin-copie-1

 

 

Je t'aime...

 

 

Je t'aime parce que je t'aime et voilà tout

et de t'aimer j'en arrive à ne pas t'aimer

et de t'attendre alors que je ne t'attends plus

mon coeur peut en passer du froid à la brûlure.

 

Je ne t'aime que parce que c'est toi que j'aime,

et je te hais sans fin, te hais et te supplie,

et la mesure de mon amour voyageur

est de ne pas te voir, de t'aimer en aveugle.

 

Et si, lumière de janvier, tu consumais

ton rayon cruel, et mon coeur tout entier

me dérobant la clef de la tranquillité ?

 

En cette histoire je n'arrive qu'à mourir

et si je meurs d'amour, c'est parce que je t'aime,

parce qu'amour, je t'aime, et à feu et à sang.

 

                                Pablo Neruda (  1904 - 1973 )

                                    ( La Centaine d' amour )

 

sjoelsuk 

 

 

Quelques mots sur l'auteur :


De son vrai nom Ricardo Neftali Reyes Basoalto est né au Chili,  c'est en 1920 qu'il prit le pseudonyme Pablo Neruda et c'est sous ce pseudo que le monde se souviendra de Lui, poète et homme politique.

En 1949 que Pablo Neruda , rencontrera Matilde Urrutia, la femme de sa vie, elle lui inspirera  ces très beaux poèmes  d'amour !  " La Centaine d'amour " 

Pablo Neruda mourra à Santiago du Chili le 23 septembre 1973,

 

sjoelsuk

 

Amitié


Repost 0
Published by primavera - dans POESIE
commenter cet article
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 18:00

 

DSC05602 Bis

La neige, du plus loin que je me souvienne, c’est durant mon enfance et adolescence en Suisse Normande que j’ai connu les plus gros épisodes neigeux,... puis un peu moins  en région parisienne ... lorsque je me suis installée en Bretagne, quelques rares flocons, sauf l’hiver 2010 - 2011 où je fus comblée.... bien entendu les années ont passé et il n'était plus question pour moi de faire un bonhomme de neige, mais d'admirer cette blancheur immaculée qui habillait si joliment mon jardin.

Quant à cet hiver si froid pour beaucoup, toujours pas le moindre flocon jusqu’à ce jour, et pour la première fois cet hiver un petit moins 1 , ce matin, sur notre côte bretonne, alors que beaucoup grelottent avec des températures voisines de moins 10 voire encore plus froides.... Prima

DSC05582

 DSC05619.JPG

 

Je te salue, ô Reine immaculée et fine,

Souveraine que vêt un long manteau d’hermine !

 

Tu t’es vue à ma vitre, et ma vitre, en hommage,

A retenu captif ton radieux visage !

 

O Reine de blancheur, si fragile et si douce,

Le sol noir sous tes pas fleurit de blanche mousse !

 

Le Vent porte ta traîne et balance tes voiles,

La Nuit pose à ton front sa couronne d’étoiles !

 

Et l’arbre, qui n’a plus de sève ni de force,

Frémit quand tes bras clairs étreignent son écorce !

 

Si le petit enfant t’adore, ô pure Dame,

C’est qu’il peut comparer ta candeur à son âme !

 

Et pour te caresser, rieur, ses deux mains frêles

Ont la légèreté de deux petites ailes !

 

Tu marches sur les toits, secrète, à l’heure brune,

Et tu reçois le grand baiser bleu de la lune !…

 

En ce jour où tu vas en robe lumineuse,

Je te salue, ô Neige humble et silencieuse !

 

                      Albert Lozeau  ( 1878 - 1924 )

                        Recueil : Le Miroir des jours


o164glwk 

Quelques notes sur l'auteur :    

 

Albert Lozeau est un poète québécois, paralysé à la colonne vertébrale à l'âge de 18 ans il dut abandonner ses études et décida de se consacrer à l'écriture. Il fut membre de la Société royale du Canada en 1911 et Officier d'Académie du gouvernement français en 1912.

Poète de la simplicité, de l'intime et de la nature Albert Lozau mourra avant d'avoir terminé une édition définitive de son oeuvre poétique qui ne paraîtra que deux ans après sa mort.

o164glwk

 

Personnes-87644.jpg

Repost 0
Published by primavera - dans POESIE
commenter cet article
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 00:00

28

 

" Le temps maître de tout .. ", tel cet hiver qui se faisant oublier durant deux mois se rappelle à notre souvenir, avec vigueur.... il n'a rien d'exceptionnel, nous ne sommes qu'en février...  

_ " Le temps maître de tout..." peut modifier le cours de ta vie, balayer tes projets et te faire prendre de nouveaux chemins...

J'ai aimé ce poème, mais il est une chose que le temps ne peut détruire, une force que tu possédes en toi jusqu'à la fin de ta vie .... la jeunesse éternelle du coeur ! Prima

 

 

la force du temps

 

Le temps, maître de tout, ternit ce paysage, 

Que Flore embellissait des marques de ses pas ; 

Et montrant des défauts, où l'on vit des appas, 

Il fait un triste lieu de ce plaisant bocage.

 

Il réduit une ville en un désert sauvage, 

Il met comme il lui plaît les empires à bas ;

Il change les esprits ainsi que les États, 

Et fait un furieux du peuple le plus sage.

 

Il étouffe la gloire, il éteint le renom, 

Il plonge dans l'oubli le plus illustre nom,

Il comble de malheurs la plus heureuse vie ;

 

Il détruit la nature, il éclipse le jour ;

Bref, il peut effacer les beautés de Silvie,

Mais il ne peut jamais effacer mon amour.

 

 

Guillaume COLLETET   (1598-1659)

 

sjoelsuk

 

Quelques notes sur l'auteur :

 

Né et mort à Paris, Guillaume COLLETET était l'aîné d'une famille de 24 enfants ( oui vous avez bien lu ... vingt-quatre enfants ), il fut l'un des membres fondateurs de l'Académie Française. Il habita à Paris la maison ayant appartenu à Ronsard et bien que protégé du cardinal de Richelieu, il mourut dans le dénuement .

 

sjoelsuk

 DSC00468.jpg

 

Repost 0
Published by primavera - dans POESIE
commenter cet article
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 17:00

Nature 5167

 

Il n'est pas si loin devant nous ce mois de mars, que pour beaucoup nous attendons, bien que l'hiver soit très doux... Déjà en ce jour de fin janvier sous un ciel bleu, sous le soleil ce sont les prémices du printemps... les jonquilles, les iris sortent de terre... une nature un peu désordonnée,.... les mimosas , les camélias, les cognassiers et les premières primevères sont déjà en fleurs, alors espérons que si le bonhomme hiver devait revenir il ne soit pas trop agressif avec la nature trop en avance ! Prima

9ld6qrez.gif

 

Nature 9383

 

 WR923169

Où sont tant de beautés que le printemps avait,
Ornement des jardins et des molles prairies ?
Où sont toutes les fleurs des campagnes fleuries ?
Où est le temps serein qui les coeurs émouvait ?
  

Où est le doux plaisir qui dans l'âme pleuvait
Durant les jeunes mois ? par qui les fantaisies
Des esprits généreux célestement nourries
Admiraient les effets que nature pouvait ?
  

R. _ Ces beautés maintenant mortes dessus la terre
Vivent en Artémis, qui les garde et les serre
Pour embellir ce tout de mille biens divers :
  

La face du printemps de là se renouvelle,
Le soleil y emprunte une clarté plus belle,
Et c'est le paradis de ce grand univers.

                    Amadys Jamyn 
               ( vers 1538 - vers 1592 )

9ld6qrez

WR207623

Repost 0
Published by primavera - dans POESIE
commenter cet article
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 16:40

Sans titre 2

 

" Sous la dynastie des Song, au sud du fleuve Yangtsé, non loin du village Joie Eternelle... "  ainsi commence la légende du Fou des Fleurs... son jardin était très renommé, il y avait en son jardin toutes les espèces de pivoines , une quarantaine de variétés , à fleurs simples ou doubles...

" Certaines étaient aussi larges que des soucoupes, portaient des noms poétiques comme Pavillon de Jade, Pavillon Emeraude, Pulpe de Pastèque, Lion Noir Dansant, Tête de Dragon Rouge ... "  

Je ne vais point te conter toute la légende, ce serait un peu long, .... c'est un vieux jardinier qui éleve ses fleurs comme ses propres filles avec beaucoup d'amour ... mais un jeune seigneur qui passe par là ,avec ses compagnons de boisson, dévaste son jardin..... C'est compter sans la Déesse des Fleurs....

"... le jardin et la chaumière du vieillard qui avait rajeuni se détachèrent du sol. (... ) le Fou des Fleurs traversa les nuages de ce monde impermanent pour entrer dans les vergers célestes " Prima



DSC04342

 

o164glwk

 

Oeuvres-Abstraites-Arriere-Plans-4471.jpg

 

 

La neige ne charge plus les branches 

de l'abricotier ;

Le souffle du printemps renaît parmi

les rameaux du saule.

Les chants amoureux de l'oiseau yng

portent l'ivresse dans les sens ;

L'hirondelle est de retour et voltige

au bord des toits,

en poussant son petit cri ;

C'est le temps des longs jours,

c'est le temps où le soleil

éclaire la natte des joyeux convives ;

C'est le temps où les fleurs nouvellement 

écloses

et danseuses élégamment parées se font 

valoir mutuellement....

Li Po  ( 701 - 762 )

o164glwk

de Karl Bang 02
peinture de Karl Bang
Repost 0
Published by primavera - dans CONTES ET LEGENDES
commenter cet article

Primavera

  • : Le blog de primavera
  • Le blog de primavera
  • : Amoureuse de la mer,je vis en Bretagne... passionnée de poésies,de lecture et d'Histoire...avec un grand H... sans oublier l'Italie !
  • Contact

CITATION

 

 

 «  La mer est un espace de rigueur et de liberté  »

Victor Hugo

Recherche

METEO

 

Texte Libre

 

blog-copie-1

 

o164glwk

 

Sans titre 2 

 

o164glwk

AMITIE

 

o164glwk 

 

 DSC01101

 

 

o164glwk

 

 

gd canal salute