Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

 Primavera bis

9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 14:02

DSC04607

 

En ce matin de fin juillet 2010, ... (soit nous étions en été et le poème se situe à l'automne.).. ..le soleil était absent à Saint-Malo,... la cité corsaire était blottie dans le brouillard, mais qu'importait le temps, cette cité agit comme un aimant, quand vous lui avez donné rendez-vous vous ne pouvez vous permettre de le reporter surtout quand vos petits-enfants s'en font une fête... par ailleurs, partis sous un beau soleil de Saint-Cast, nous ne pouvions prévoir que la cité  s'était revêtue de brume .... !  Prima

 

DSC04621

 

L'automne... à Saint Malo

 

Quand le vent souffle de la mer
Sur les vagues des marées d'automne
Quand les pas du souvenir s'effacent
Que souffle la brise, sur la Passagère

 

Alors, je me souviens de lui,

 

Marchant solitaire près de Quelmer
Sur cette plage où la vague s'abandonne

 

Octobre " au Vallion " grelottait sur le sable.

 

Les cormorans, dans un claquement d'ailes,
Prennent l'air et s'envolent ... vers Saint Malo

 

Alors, je me souviens de lui.

 

Sur cette grève lointaine et monotone
Ressassée de vagues éternelles.
Où nous aimions rire et parler d'elles,
Notre Bretagne perdue, voilée, si belle

 

Dans les brumes du Mont-Saint-Michel
Quand mes pensées trop loin cheminent
Et morte-eau m'entraîne à Saint Malo
Là où passent les cavaliers du vent...

 

Alors, je me souviens de lui.

 

                                           Xavier Pierre

                                                                ( Aubes Armoricaines ))

sjoelsuk

 

DSC04595 

 

DSC04598

Repost 0
Published by primavera - dans POESIE
commenter cet article
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 09:13

de Victoria Wells

de Victoria Wells

 

Les vacanciers s'en sont allés, suivis par le soleil.... l'automne que j'avais oublié est de retour, et avec lui un peu de pluie et un léger vent... cette pluie dont nous manquions !....les vents... aujourd'hui de sud-est, il nous amène la douceur, mais demain ou après-demain lorsque soufflera le vent de nord-est .... le " nordet " dans le langage marin, il nous faudra bien nous couvrir .... il mord et je n'aime pas ses morsures ! Prima

 

Le Rire des Vents

 

 

Les quatre Vents ont ri dans le ciel du matin,
Puis leur humeur étant changeante, une querelle
S’est élevée entre eux. Et la femme autour d’elle
Vit s’abattre en riant le courroux du destin.

 

Les quatre Vents on ri dans le ciel de l’aurore
D’un grand rire pareil aux désespoirs fervents.
Avez-vous entendu le bruit des quatre Vents
Qui détruisent, riant, et détruisent encore ?

 

Et comme l’on soufflette en la force des mains,
Comme l’on rit en chœur, comme l’on chante et danse,
Les quatre Vents ont ri de savoir leur puissance
Sur le troupeau soumis et triste des humains.

                                                
                                        Renée Vivien ( 1877 - 1909 )
                                           ( Le vent des vaisseaux )

 

o164glwk

 

de Sandro Botticelli

de Sandro Botticelli

Repost 0
Published by primavera - dans POESIE
commenter cet article
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 11:25

de Lauri Blank

Peinture de Lauri BLANK

 

Née aux premiers jours de l'automne, j'en aime les couleurs flamboyantes, le crépitement des feuilles sous nos pas ... la nature tout doucement s'endort pour affronter le bonhomme hiver et ... souriante,  se réveillera au prochain printemps pour nous éblouir de ses nouvelles couleurs. Prima

 

" L'automne est un deuxieme printemps ou chaque feuille est une fleur "

Albert Camus  

 

Menuet d'automne 01

 


Les asters et les véroniques
de leurs corolles sans parfums,
laissent tomber sur les parterres
où d'autres fleurs ne s'ouvrent plus
la tristesse mystique et lente des adieux.

 

Mauve tendre et vert alangui,
leurs teintes vagues s'harmonisent
aux ciels lavés du prime automne,
à la souriante langueur
des beaux jours près de s'envoler.

 

Bouquets de souvenirs et non bouquets de deuil
l'or violent des chrysanthèmes,
le sang pourpre des dalhias,
n'altèrent point leur éclat doux.

 

En mineur, d'une voix éteinte
et sur un mode atténué, les asters et les véroniques,
au vent fraîchi qui les caresse,
marmonnent des refrains d'adieux.

 

C'est la saison prestigieuse
où les arbres portent des feuilles
de topaze et de rubis,
où la grive crie à travers
les pampres fauves adornés
de rutilante orfèvrerie.

                          [ ... ]

              
                        Laurent TAILHADE
                           ( 1856 - 1919 )

 

3geegdh3

 

Nature 10688-copie-1

Repost 0
Published by primavera - dans POESIE
commenter cet article
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 20:34

 

96470e66

 Les amoureux de Peynet

 

Un auteur, un poème... , je ne connaissais ni l'un, ni l'autre, ce Chevalier de Cubières, écuyer de Louis XVI, séminariste expulsé pour mauvaise conduite, puis homme de lettres, poète et auteur dramatique.... un personnage aux mutiples facettes qui restera dans l'histoire littéraire comme un emblème de la girouette politique et du poète léger... a écrit à mon avis un bien joli poème sur un grand et noble sentiment vieux comme le monde ! Prima

 

La-necessite-d-aimer.jpg

 

Il est, dit-on, il est un âge
Où l'homme ne doit point aimer,
Où les attraits d'un beau visage
N'ont plus le droit de l'enflammer.

 

Serait-ce l'enfance timide
À qui l'amour ne convient pas ?
Il faut bien qu'elle aime le guide
Qui daigne conduire ses pas.

 

Ce n'est point à l'adolescence
Que l'amour brûlent les feux
Qu'il faut prêcher l'indifférence ;
L'amour seul rend cet âge heureux.

 

Faut-il que l'âge mur s'impose
La triste loi de fuir l'amour ?
Pour lui l'amour est une rose
Qu'il cueille au midi d'un beau jour.

 

C'est donc à la froide vieillesse
Que l'amour doit être interdit ?
Quelle erreur : c'est par la tendresse,
Par l'amour qu'elle reverdit.

 

Ah ! renonçons à tout système,
Que dicte une fausse raison ;
Jeune ou vieux, il faut que l'on aime
L'amour est de toute saison.


                       Michel de Cubières ( 1752 - 1820 )

 

peynet2

Les amoureux de Peynet

Repost 0
Published by primavera - dans POESIE
commenter cet article
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 21:14

de Edward Hughes

de Edward Hughes

 

DSC07457

 

L’enchanteresse de Thulé
A ravi mon âme en son île
Où meurt, tel un souffle exhalé,
Le regret de l’heure inutile.

 

Je crois qu’on pleure autour de moi,
Prince dont la magique épée
Par la main des femmes sans foi
Se brisa, vierge d’épopée.

 

C’est la fuite des étendards
Le long de la mauvaise route
Aux cris des barbares hagards
Traquant mon armée en déroute.

 

Qu’importe ? — Alors qu’au seuil des cieux
Je pourrais conquérir la Lance,
Posez vos doigts lourds sur mes yeux,
O vous, les trois Sœurs du Silence !

 

L’encens des jours s’est exhalé :
Pourquoi pleurer l’heure inutile ?
L’enchanteresse de Thulé
A ravi mon âme en son île.

 

                          Stuart Merril ( 1863 - 1915 )

 

o164glwk

 

 THULÈ, est le nom donné par  les Anciens à une île du nord de l'Europe (  l'Islande ou une des îles Shetland )_ C'est Pythéas , navigateur, géographe marseillais du IVème siècle avant J.C, qui donnera à cette île un symbole spirituel, bien plus que géographique....
 

o164glwk

 

Quelques notes sur l'auteur :

 

 

Stuart Merril né en 1863 dans l'état de New-york, passa son enfance à Paris, puis après des études au lycée Condorcet, repartit faire des études de droit au Columbia Collège de New-York de 1885 à 1889, avant de revenir définitivement en France en 1890 où il put se consacrer à l'écriture grâce à une relative aisance.

 

o164glwk

 

DSC07527

Repost 0
Published by primavera - dans POESIE
commenter cet article
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 15:11

Situé au large de la Baie du Mont-Saint-Michel l'archipel  Chausey ( 65 ha ) est l'un des plus grands d'Europe il est constitué d'environ 50 îlots à marée haute dont la Grande Île  ( 45 ha ) et de plus de 300 îles et îlôts à marée basse  ( 20 ha ).. Le temps était loin d'être beau, ce n'était pas le meilleur jour pour aller à Chausey, ce quartier maritime de Granville situé à 17 kms de la côte.... et pourtant ce fut une belle journée, après une courte promenade dans les jardins de Christian Dior à Granville, ce fut l'embarquement à bord du Jolie France II ....Si beaucoup préfèrèrent s'installer bien au chaud, à l'abri à l'intérieur du bateau ... je fis partie des quelques-uns  et très rares qui préfèrèrent le pont supérieur... il fallait vraiment avoir, ce jour, le pied marin pour rester en équilibre ... impossible de reculer, il fallut accepter les embruns qui déferlaient sur le pont .... le tangage selon les creux ... puis le roulis ...et que je penche à gauche et que je penche à droite .... o164glwk

 

La Grande Île de Chausey en vue....

 

DSC07486

 

Chausey, le quartier maritime... le joyau de Granville ... situées à 16 kms de la côte, les îles Chausey, archipel normand  selon le traité de Brétigny de 1360 ...et non des îles anglo-normandes comme beaucoup semblent le croire..... situé au large de la Baie du Mont-Saint-Michel l'archipel  ( 65 ha ) est l'un des plus grands d'Europe il est constitué d'environ 50 îlots à marée haute dont la Grande Île  ( 45 ha ) et de plus de 350 îles et îlôts à marée basse  ( 20 ha )..

 

DSC07490

 

Vue depuis la Grande Île.... quelques uns des îles et îlots de l'archipel.

 

" Au large, dans l'attrait d'un fier isolement,
Apparaissent les îles
Où parfois en rêveur, en chasseur, en amant
À la sourdine on file. "

 

 Alphonse BEAUREGARD   (1881-1924)

 

DSC07495

La Grande Île, une cinquantaine de maisons dont quatre seulement resteront ouvertes cet hiver en dehors des vacances scolaires....

 

" N'importe où l'on aborde, avidement on fait
Le tour de son royaume,
Et la tente, sitôt dressée, est un palais
Que l'atmosphère embaume."

 

 Alphonse BEAUREGARD   (1881-1924)

 

DSC07506

  


" L'éloignement du monde infuse dans l'air pur
Un subtil aromate.
On écoute en son cœur, près de l'eau, sous l'azur
Chanter une sonate. "

 

 Alphonse BEAUREGARD   (1881-1924)

 

DSC07524

 

  En attente le Jolie France II  que nous devons reprendre à 17 h, pas question de le manquer ou il me faudrait me faire héberger par un des rares habitants encore sur l'île en ce mois d'octobre !

 

DSC07539

 

 Retour au bateau, la mer sera plus calme malgré le vent....  j'ai goûté à la liberté du pont supérieur de Granville à Chausey.... je choisi l'intérieur du bateau pour le retour...

 Prima ...

 DSC03120.JPG

 ... sur le pont supérieur sous les embruns ...

 

Bon-Week-end.jpg

Repost 0
Published by primavera - dans NORMANDIE
commenter cet article
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 14:18

30.09.2011 xx

Repost 0
Published by primavera - dans DIVERS
commenter cet article
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 17:09

« J’ai très tôt écrit des textes sur les yeux. Pour moi les yeux furent les premières ouvertures par où j’ai pu m’échapper, comme si enfant j’étais resté enfermé dans le noir et qu’en écrivant sur les yeux j’avais fini par faire un trou dans mon cachot pour sortir au-dehors et m’enfuir dans l’espace sans fin où libre j’ai pu tourner et retourner la matière qui était à mes pieds dans mes mains, jusqu’à en faire des boules par milliers. » Jean-Luc Parant

 

Jean-Luc Parant x

 Sculptures de Jean-Luc Parant

 

o164glwk

 

On est pas obligé d'aimer ces sculptures contemporaines mais on a le droit d'être surpris par la passion de cet artiste pour les " boules " et ce fut mon cas... ce n'est pas par la sculpture que j'ai découvert Jean-Luc Parant mais par ses textes, ses poèmes...  hier ouvrant l' Anthologie de la poésie française du XXe siècle, ce fut la page 602 qui s'ouvrit...un second rendez-vous avec cet artiste dont j'avais publié quelques extraits de ses poèmes sur Orange ....

 

o164glwk

 

Jean-Luc Parant

  Sculpture de Jean-Luc Parant

 

 

  LE MONDE DE L'HOMME  ( extrait )

 


( ... ) Le monde apparaît et disparaît, devant l'homme il s'allume et s'éteint pour apparaître et disparaître sans cesse. L'homme compte le jour et la nuit, il compte que le monde n'en finit pas d'appeler le monde. Dans les yeux de l'homme l'infini est là pour colorer le ciel d'une infinité de soleils.
Le vent est le souffle de l'homme parce que l'homme est le monde et que son souffle est le vent. Sans l'homme il n'y aurait plus de monde et la terre ne serait plus qu'une boule obscure perdue dans l'univers sans fin. Pour vivre, l'homme tient ses yeux dans le soleil et ses yeus retiennent le feu dans le ciel et font renaître le monde à tout moment devant lui.
L'homme court dans sa tête, il ne s'arrête pas de courir en elle pour que le monde ne s'arrête pas de tourner autour du soleil. L'homme tourne dans sa tête, il va si vite qu'il se lève et se couche comme s'il faisait le tour de la terre. Il ouvre et ferme les yeux pour se lever et se coucher dans le jour et la nuit. ( ... )

                                                                                                                                      Jean-Luc Parant

 

o164glwk

 Quelques notes sur l'auteur :

 

parant_Corti.gif

 

 

 Jean-Luc Parant est né à Tunis en 1944, il vit en France, je ne sais trop si c'est dans l'Ariège ou dans la Drôme, où il mène de front une activité de sculpteur et de poète... poète il écrit des textes sur les yeux, sculpteur il fabrique des boules

 

 

 

Repost 0
Published by primavera - dans POESIE
commenter cet article
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 06:52

Est-il besoin d'être un enfant pour aimer voir pousser les petites graines ? Parfois, ça pousse et ça fleurit, tels mes coquelicots de l'an dernier, parfois ça ne pousse pas et tu auras beau regarder le sol, même à la loupe, ça ne sort pas de terre,.. même si tu crois les apercevoir, regarde là ... ce ne serait pas une petite pousse. mais non sans doute une mauvaise herbe ?.. .. tels mes cosmos dont un ami m'avait offert les petites graines... peut-être ces petites graines ont -elles fait la joie des oiseaux du jardin, car de cosmos point n'en vis paraître ?

  de Henrietta Milan

de Henriette Milan

 

 

LE-POT-DE-FLEURS.jpg

 
Parfois un enfant trouve une petite graine
Et tout d'abord, charmé de ses vives couleurs,
Pour la planter il prend un pot de porcelaine
Orné de dragons bleus et de bizarres fleurs.

 

Il s'en va. La racine en couleuvres s'allonge,
Sort de terre, fleurit et devient arbrisseau ;
Chaque jour, plus avant, son pied chevelu plonge,
Tant qu'il fasse éclater le ventre du vaisseau.

 

L'enfant revient ; surpris, il voit la plante grasse
Sur les débris du pot brandir ses verts poignards ;
Il la veut arracher, mais la tige est tenace ;
Il s'obstine, et ses doigts s'ensanglantent aux dards.

 

Ainsi germa l'amour dans mon âme surprise ;
Je croyais ne semer qu'une fleur de printemps :
C'est un grand aloès dont la racine brise
Le pot de porcelaine aux dessins éclatants.

 

                                                  Théophile GAUTIER   (1811-1872)

 

o164glwk

 

Quelques notes sur l'auteur :

 

Theophile-Gautier.jpg  Théophile Gautier... Poète, romancier, journaliste, critique d'art vite réputé, et même auteur de ballets comme Giselle son oeuvre est extrèmement variée. Il est l’auteur du célèbre roman de cape et d’épée, Capitaine Fracasse que je me souviens avoir lu très jeune

 


Ami de Baudelaire ce dernier lui dédie  " Les Fleurs du mal " en ces termes :

 

" Au poète impeccable , au parfait magicien ès-lettres françaises, à mon très-cher et très-vénéré maître et ami Théophile Gautier, avec les sentiments de la plus profonde humilité je dédie ces fleurs maladives. C.B. "

 

Prima

 

o164glwk

 

de Jan C. Verhas

Repost 0
Published by primavera - dans POESIE
commenter cet article
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 21:10

 

Subrécargue.... un mot que je découvre et dont Raymond Queneau en a fait un poème. Notre langue est si riche, combien de ces mots restent cachés et te surprennent encore dans les pages d'un livre.... Subrécargue ... un mot qui ne me semble plus utilisé de nos jours, un mot qui chante, fleure bon la mer et la grande pêche....  Prima

 

de Roger Chapelet

Scène de pêche à la morue sur les bancs de Terre-Neuve, par roger Chapelet peintre de la marine.

 

o164glwk

  

Un joli mot 

Subrécargue qui es-tu ?
un mot du dictionnaire ?
garderas-tu ton mystère
subrécargue officier
lorsque ce livre me dira
ce que _ au juste _ tu es
Subrécargue qui es-tu ?
Je regarde sub verbo le sens
de vocable maritime
je ne suis pas déçu je sais
car malgré tout garde son charme
le joli mot de subrécargue


    Raymond Queneau (  1903 - 1976 )

 

 

* Subrécargue : sur un navire le subrécargue est le représentant de l'armateur, l'officier qui assure l'exécution des obligations commerciales.

 

o164glwk

 

16.09.2011.jpg

Repost 0
Published by primavera - dans BRETAGNE
commenter cet article

Primavera

  • : Le blog de primavera
  • Le blog de primavera
  • : Amoureuse de la mer,je vis en Bretagne... passionnée de poésies,de lecture et d'Histoire...avec un grand H... sans oublier l'Italie !
  • Contact

CITATION

 

 

 «  La mer est un espace de rigueur et de liberté  »

Victor Hugo

Recherche

METEO

 

Texte Libre

 

blog-copie-1

 

o164glwk

 

Sans titre 2 

 

o164glwk

AMITIE

 

o164glwk 

 

 DSC01101

 

 

o164glwk

 

 

gd canal salute