Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

 Primavera bis

20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 14:41

Forêt de Brocéliande

 

 

Si un jour tes pas te conduisent  en forêt de Brocéliande,…si tu as conservé une âme d’enfant, que tu crois encore aux légendes, aux chevaliers et aux fées je t’invite à rencontrer deux  des personnages les plus célèbres de ces lieux mythiques Merlin le magicien et Viviane la Dame du Lac.

Prima

 

o164glwk

 

LA FONTAINE DE BARENTON

 

«  Lors arriva ainsi que, comme il passait par la forêt, il trouva une moult belle fontaine, dont le gravier fremiait si clair et si luisant qu’il semblait de fin argent.  À cette fontaine belle et claire venait chaque jour Nynianne pour soi esbattre et déduire et pour passer le temps. Et alors à cette heure où Merlin passait par là, il la trouva sur le bord de la dite fontaine, et vit qu’elle était de merveilleuse beauté…. »

  merlin et vivianne

 

 

 

«  Et tant que il advint un jour que ils s’en allaient déduiant  main à main par la forêt de Brocéliande, que ils trouvèrent un buisson d’aube épine grand et bel et tout chargé de fleurs. Et ils s’assirent en l’ombre des aubes épines sur la belle herbe verte, et jouèrent et solacièrent en l’ombre. Et Merlin mit son chef au giron de la damoiselle et elle lui commença à tastonner ( caresser ), si que il s’endormit en son devant. Et quand la damoiselle sentit qu’il se dormait, elle se leva tout bellement et fit un cerne de sa guimpe tout entour le buisson et entour Merlin, et commença ses enchantements tels comme lui-même lui avait appris ; et fit par neuf fois le cerne en son giron, et le tint illec longuement, tant qu’il s’éveilla et regarda entour lui ; et lui fut advis qu’il était enclos en la plus forte tour du monde, et se trouva couché au plus beau lit où jamais eut couché. 

Et lors dit à la damoiselle : " Ma Dame, déçu m’avez si vous ne demeurez avec moi, car nul n’a pouvoir fors vous de défaire cette tour."

 

Et elle dit : "  Beau doux ami, j’y serai souvent, et vous me tiendrez en vos bras, et moi vous."

Et de cela lui tint elle bien convenant, car peu furent de jours et de nuits qu’elle ne fut avec lui »

                                                      Roman de Merlin.

                                             XIIIe siècle, éd.Vérart, 1498.

 

 

o164glwk

 

 

 

Sans titre 9 

Repost 0
Published by primavera - dans CONTES ET LEGENDES
commenter cet article
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 22:30

de Krystyna Spink

de Krystyna Spink

 

La lune, le soleil, les étoiles ont inspirés bien des poètes et ont dans un très lointain passé donné naissance à de nombreux mythes et légendes  dont certains sont très plaisants… quelques récits sont un peu longs pour le blog, j’en  ai relevé trois très courts.

Je ne sais toi , t'arrive t-il de lever le nez vers les étoiles ?... moi oui...lorsque je ferme mes volets, la nuit tombée, je ne peux  résister à lever le nez vers le ciel  recherchant la lune et les étoiles. 

o164glwk

 

Ona-Clair-de-lune-I-62789

Clair de lune de Ona

 

Les phases de la lune :   (  Tribu : Narrinyeri  )

 

La lune est une femme dont la chasteté n’est pas exemplaire. Elle demeure pendant un long temps avec les hommes et a de telles relations avec eux qu’elle en maigrit considérablement, jusqu’à ne plus sembler qu’un squelette.

Lorsqu’elle se trouve dans cet état, Nurrunduri  lui ordonne de partir de là. Elle s’envole alors ; et on la garde quelque temps au secret, en l’occupant à récolter des  racines comestibles. Ces racines sont si nourrissantes qu’en peu de temps elle engraisse et reprend de l’embonpoint.

 

o164glwk

 

Marso-Soleil-61082

Soleil de Marso

 

Le soleil :    ( Tribus de la rivière Pennefather  )

 

Le soleil est une femme ; c’est le Tonnerre qui la fit. Il ne lui donna que deux jambes comme aux autres êtres humains, mais beaucoup de mains qu’on peut voir quand elle se lève et quand elle se couche. Le soir elle a faim et s’enfonce dans la terre ou dans l’eau pour se procurer des iguanes, des racines ou des poissons.

 

o164glwk

 

David-Hardy-Mountain-Grill-98303

Moutain Grill de David Hard     

 

Origine des étoiles :

Tribus ..non spécifiées .. deVictoria )  

 

Les ancêtres  des tribus actuelles, qu’ils fussent des oiseaux, des bêtes ou des hommes, furent placés au ciel.

Ceux qui avaient accompli de grandes actions, dignes de mémoire, y brillèrent en qualité d’étoiles. L’aigle est maintenant la planète Mars parce qu’il était de mœurs combatives ; le corbeau est une étoile ; et les étoiles plus petites qui l’accompagnent sont ses femmes.

 

                   Extraits de  Mythes et légendes d’Australie

                                d’Arnold van Gennep, 1905

 

Quelques notes sur l'auteur :

Sans titre 5

 

o164glwk

 

nuit-de-lune.jpg

                               

                                                       


Repost 0
Published by primavera - dans CONTES ET LEGENDES
commenter cet article
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 16:40

Sans titre 2

 

" Sous la dynastie des Song, au sud du fleuve Yangtsé, non loin du village Joie Eternelle... "  ainsi commence la légende du Fou des Fleurs... son jardin était très renommé, il y avait en son jardin toutes les espèces de pivoines , une quarantaine de variétés , à fleurs simples ou doubles...

" Certaines étaient aussi larges que des soucoupes, portaient des noms poétiques comme Pavillon de Jade, Pavillon Emeraude, Pulpe de Pastèque, Lion Noir Dansant, Tête de Dragon Rouge ... "  

Je ne vais point te conter toute la légende, ce serait un peu long, .... c'est un vieux jardinier qui éleve ses fleurs comme ses propres filles avec beaucoup d'amour ... mais un jeune seigneur qui passe par là ,avec ses compagnons de boisson, dévaste son jardin..... C'est compter sans la Déesse des Fleurs....

"... le jardin et la chaumière du vieillard qui avait rajeuni se détachèrent du sol. (... ) le Fou des Fleurs traversa les nuages de ce monde impermanent pour entrer dans les vergers célestes " Prima



DSC04342

 

o164glwk

 

Oeuvres-Abstraites-Arriere-Plans-4471.jpg

 

 

La neige ne charge plus les branches 

de l'abricotier ;

Le souffle du printemps renaît parmi

les rameaux du saule.

Les chants amoureux de l'oiseau yng

portent l'ivresse dans les sens ;

L'hirondelle est de retour et voltige

au bord des toits,

en poussant son petit cri ;

C'est le temps des longs jours,

c'est le temps où le soleil

éclaire la natte des joyeux convives ;

C'est le temps où les fleurs nouvellement 

écloses

et danseuses élégamment parées se font 

valoir mutuellement....

Li Po  ( 701 - 762 )

o164glwk

de Karl Bang 02
peinture de Karl Bang
Repost 0
Published by primavera - dans CONTES ET LEGENDES
commenter cet article
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 17:48

DSC04768-copie-1

 

... ils se livrent autour des pierres levées à des rondes nocturnes endiablées et si d'aventure tu te trouves à passer de nuit sur notre lande bretonne, à proximité de leurs jeux... tu  seras convié, et entraîné à tes risques et périls dans leurs rondes folles ... jusqu'à épuisement ! 
 

"Vengeance de lutin, on n'en voit pas la fin" dit le proverbe.

   

Mais les korrigans peuvent aussi se montrer très généreux avec les humains ... en échange de quelques offrandes tu peux toujours te concilier leurs faveurs.... tel ce bossu qui leur ayant plu a perdu sa bosse ! Prima

 

 

KORRIGAN 002

 

DSC04772

 

On raconte qu'un jour, un bossu vint à passer près d'une clairière. Il aperçut des korrigans qui s'amusaient à chanter :
- Lundi, mardi, mercredi, ... lundi, mardi, mercredi ...
- Ben alors, les korrigans, elle est pas finie, votre chanson ? moi je peux vous donner la suite ! se moqua gentiment notre bossu.
- Attention, dirent les korrigans, si ce que tu nous promets n'est pas à la hauteur de nos souhaits, tu seras sévèrement puni de ton audace !
Et le bossu de chantonner :
- Lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi et samedi, et puis le dimanche aussi et voilà la s'maine est finie !
- Hourra ! crièrent les korrigans tellement ils étaient contents ! Notre chanson est plus longue à présent ! Dis-nous c' que tu souhaites : argent, beauté ?
-Ben, si vous pouvez, j'aimerai bien me séparer de ma bosse.
Sitôt dit, voilà les korrigans qui s'emparent du bossu, et le jettent dans un trou. Quand il réapparaît, le voilà tout droit, notre bossu ! Tout beau !
 

KORRIGAN

 

Repost 0
Published by primavera - dans CONTES ET LEGENDES
commenter cet article
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 22:21

morgane

de Frédéric Sandys, " Morgan Le Fay " - 1864

 

 

Savante, libre, et redoutée Morgane peut être tantôt une bonne fée, tantôt une séductrice maléfique. La femme sage, qui se retirait en Avalon et dans la forêt pour étudier, se transforme en une princesse haineuse et jalouse captive de ses passions . Elle tient ses pouvoirs de Merlin ( qui lui a préféré Viviane ), le mélange d'amour et de haine qu'elle éprouve pour Arthur participera à la destruction de la Table Ronde.

 

 

k0lo9j03

 

 

 le rocher des faux amants

Le rocher des Faux-Amants en Brocéliande

 

 

 

 

Guyomard chevauchait sur la crête de la vallée, tenant sa douce amie dans ses bras et songeant au moment où il allait devoir annoncer à Morgane qu'il lui préférait une autre demoiselle ; bien que brave au combat et prêt à affronter des dragons sans faiblir, il avait grande crainte de la colère de la fée. Soudain, son cheval fit un écart et le ramena à la réalité. Devant lui se tenait Morgane. Ses longs cheveux noirs se tordaient comme des serpents dans le vent, ses yeux brillaient d'un éclat furieux et sa main se crispait sur le pommeau d'une épée. Le chevalier sauta à terre et déposa sa bien-aimée auprès de lui. Sans qu'une parole fut prononcée, ils entendirent tous les deux la malédiction de Morgane. Un froid soudain les envahit, et ils sentirent les corps s'engourdir. Guyomard voulut parler, mais sa bouche ne lui obéissait plus ; il voulut se pencher vers sa blonde amie, mais son corps refusa de le servir. Alors le soleil et le vent cessèrent de souffler ; les deux jeunes gens se sentirent devenir pierre, des pieds à la taille, puis de la taille au coeur, à la gorge, aux yeux.

 

 

 

k0lo9j03

 

 

 

Au bord du chemin, là où se tenait quelques instants plus tôt les amoureux, se dressait un haut rocher rouge. Loin dans la lande pourpre et dorée, un cheval fou galopait sans cavalier. Cela n'avait pas suffit à apaiser la colère de la fée. Il lui revint en mémoire, un enchantement appris de Merlin. Tout un jour, elle arpenta son Val, murmurant de mystérieuses incantations.... Les sorts lancés par Morgane, firent très vite de nombreux captifs, tous chevaliers infidèles à leurs dames. La réputation de la vallée devint telle qu'on lui donna le surnom fameux de Val sans Retour.

                                                                                                      

                                     " Il était une fée... Morgane "  Editions Adam Biro 

 

 

Le Val sans Retour Brocéliande : Le Val sans Retour

 

 


 

Repost 0
Published by primavera - dans CONTES ET LEGENDES
commenter cet article
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 17:28

Merlin, statue de Virginie Ropars

Merlin des bois, statue de Virginie Ropars ( document Ouest-France )

 

[ ... ]

 

De rosée, au matin, la campagne est trempée ;
Une églantine d’or brille à chaque buisson ;
La forêt, de silence, est toute enveloppée.


Merlin, pour marcher mieux, entonne une chanson,
Et voici qu’il arrive auprès d’une fontaine
Que borde joliment un ruban de cresson.


O devin sans rival, ô grave capitaine,
Que vois-tu se mirer dans le flot indolent ?
Est-ce le faon timide ou la biche hautaine ?


Non ; mais ses cheveux d’or noués à son bras blanc,
Une enfant de quinze ans à peine, qui repose
Et, sous un dais de fleurs, sommeille ou fait semblant.

 

Merlin, riant, s’approche et lui jette une rose.
Lentement la dormeuse entr’ouvre ses doux yeux,
Et l’eau n’est pas si fraîche et le ciel est moins rose.

 

Le sage pour le coup en devient tout soyeux.
Depuis cent ans passés qu’il rôde par le monde,
A-t-il jamais rien vu qui soit plus merveilleux ?

 

– « Enfant délicieuse, es-tu la Rosemonde
Qu’emporte en plein azur l’aile du colibri,
Ou la fille aux yeux bleus du roi de Trébizonde ? »

 

La belle, à ce discours, a gentiment souri.
Une clarté descend des bois à la ravine ;
Il semble que l’aurore ait de nouveau fleuri.


– « Surement vous rêvez, messire.. » – « Ah ! je devine :
Une fée. On s’en doute à voir ce pied mignon. »
– « Nenni, fait l’innocente, et sa bouche est divine.


« Je ne suis qu’une enfant. Viviane est mon nom.
Mon père est d’ici près, qu’on dit bon gentilhomme.
Il a trente écuyers qui portent son pennon.


« Et vous, beau page ? – « Moi, dit Merlin, je me nomme
Merlot de la Huchette et je suis écolier.
Mon maître est plus puissant que l’empereur de Rome.


« Il a, pour le servir, un lutin familier.
Qu’une femme lui plaise, il la transforme en cygne.
Un jour il a changé le Diable en cordelier. »


– « En vérité ! » – « Mais oui. Moi-même, quoique indigne,
J’ai dans mon sac plus d’un joli tour, grâce à Dieu !
Pour appeler le vent il me suffit d’un signe.


« J’évoque le soleil à minuit. Pauvre jeu !
Chacun sait que l’Aurore est une aventurière.
– « M’est avis, Monseigneur, que vous mentez un peu. »

 

                                                                                                      [  ... ]


                                     Gabriel Vicaire ( 1848 - 1900 )
                                           ( L'Heure eenchantée )

 

 

L'envoûtement de Merlin - 1874 de Edward Burne-Jones

 

L'envoûtement de Merlin - 1874 -  Edward Burne-Jones

Repost 0
Published by primavera - dans CONTES ET LEGENDES
commenter cet article
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 21:53

la fontaine de Barenton

 

 

 C'est là, nous dit la légende que Merlin et Viviane se seraient rencontrés pour la première fois.

Cette fontaine, qui a la propriété d'être à la fois froide et bouillante, marque la frontière d'un monde surnaturel. _ Du fond du bassin montent des grappes de grosses bulles qui viennent éclater à la surface et donnent, quand elles sont abondantes, l'impression que la fontaine entre en ébullition.

 

 

k0lo9j03

 

C'est autour de cette fontaine qu'Yvain, le chevalier au lion, neveu du roi Arthur, y affronta le chevalier noir, gardien de la fontaine, selon le rite qui consiste à répandre de l'eau sur la pierre pour déclencher la pluie...  il déversa sur la margelle une coupe de son eau, provoquant une tempête suivie par une paix paradisiaque..
, Yvain terrassa le chevalier noir, puis épousa sa veuve, Laudine, Dame de la Fontaine....mais par insouciance, il perdit l'amour de Laudine, et pour la reconquérir Yvain connaîtra nombre d'aventures toutes situées en Brocéliande....

 

 

k0lo9j03

 

...et le bloc de pierres qui flanque la fontaine, le " perron " de Merlin, continue à être arrosé par les visiteurs, dans l'espoir de ressusciter l'antique prodige de l'orage.

 

 

arbre broceliande

 

Arbre sur le chemin de la fontaine

Repost 0
Published by primavera - dans CONTES ET LEGENDES
commenter cet article
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 21:49

 

Le hêtre de Ponthus

Autrefois, là où s'élève le hêtre de Ponthus ( à droite ) aurait existé un château....

 

Le hêtre de Pontus, se dresse, dit-on, sur l'emplacement du château disparu de ce grand chevalier de Brocéliande. Ponthus était prince, fils du roi de Galice, en Espagne. Au cours d'une terrible tempête, il fit naufrage sur la côte vannetaise. Recueilli à Vannes, il tombe follement amoureux de Sidoine, fille de Gaël, seigneur de Brocéliande. Mais pour obtenir la main de sa bien-aimée, il doit accomplir divers exploits à travers la Bretagne.
Revenu à Vannes, vainqueur de ses aventures, il apprend que des jaloux l'ont desservi auprès de Sidoine qui ne souhaite plus le voir. Alors, Ponthus, en preuve d'amour, décide d'affronter, chaque mardi, un chevalier venu le défier. Ayant prouvé sa valeur après cinquante victoires, il reconquiert le coeur de sa bien-aimée, l'épouse et devient seigneur de Brocéliande.

                                                                                   

                                                                    ( Légendes bretonnes )

 

 

 

 

Repost 0
Published by primavera - dans CONTES ET LEGENDES
commenter cet article
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 17:19

 

DSC09969

 

http://lezons.over-blog.fr/

 

Le cap Fréhel, sa lande, ses falaises incrustées de failles, de grottes impressionnantes....un spectacle dont on ne se lasse jamais. Je n'ai jamais accédé au cap par la mer, mon amie Lezons l'a fait en 2008 et a eu la gentillesse de m'offrir quelques photos des grottes pour agrémenter une des nombreuses légendes de Fréhel... Prima.

 

 

 

DSC09980

 

h4drm3mq

 

 

 

 La-houle-de-Poulifee.jpg

 

 

La Houle de Poulifée est, comme le savent tous ceux qui ont visité le cap Fréhel, une grotte haute à l’entrée comme une cathédrale, et qui s’étend si loin sous la terre qu’on prétend dans le pays que personne n’a pu encore pénétrer jusqu’au fond.

Autrefois, il y a bien longtemps de cela, deux jeunes gens de Plévenon voulurent essayer de savoir jusqu’où la houle s’étendait ; ils y pénétrèrent avec une chandelle qui, à un certain endroit, s’éteignit brusquement. Ils s’en retournèrent effrayés. Mais quand ils furent sortis, ils se dirent :

— Que nous sommes sots d’avoir eu peur ! C’est l’air qui a éteint notre lumière ; aujourd’hui la mer monte, mais demain nous reviendrons.

Le lendemain, ils prirent mieux leurs précautions et allèrent plus loin, et comme ils continuaient à avancer, ils crurent entendre parler.

— Écoute, dit l’un d’eux à son camarade ; on dirait qu’on appelle des enfants.  [ ... ]

 

 

h4drm3mq

 

 

[ ... ]   Les gens de Plévenon pensèrent que sûrement c’étaient des fées ; mais ils n’eurent pas peur de retourner, et quand ils furent à l’endroit où le repas était servi, ils virent les deux dames, et l’une d’elle les interrogeait chacun à son tour, leur demandant s’ils étaient cultivateurs ou marins, garçons ou mariés. Elles leur racontaient des choses utiles, et leur donnaient du pain et de la viande.


L’un des gens de Plévenon dit qu’il était père de famille, et que souvent il avait bien du mal à gagner du pain pour lui et ses enfants.

— Quand ta femme sera de nouveau enceinte, dit la dame, reviens ici ; j’aurai à te parler,

Elle lui donna de l’argent avec lequel il se mit à l’aise. Quand sa femme fut enceinte, l’homme retourna à la houle, où la dame lui demanda à être la marraine de l’enfant.

Le mari, de retour à la maison, raconta à sa femme ce que les fées lui avaient dit. Mais elle répondit :

— Ce sont des fées ; je ne veux pas donner mon enfant aux fées.

Alors les dames de la grotte, irritées de ce refus, leur ôtèrent tous les présents qu’elles avaient faits, et ils redevinrent pauvres comme auparavant.

 

(Conté par Scolastique Durand, de Plévenon, âgée de soixante-douze ans, 1879.)

 

 

 

 

DSC09988 x

 

Repost 0
Published by primavera - dans CONTES ET LEGENDES
commenter cet article
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 17:17
Repost 0
Published by primavera - dans CONTES ET LEGENDES
commenter cet article

Primavera

  • : Le blog de primavera
  • Le blog de primavera
  • : Amoureuse de la mer,je vis en Bretagne... passionnée de poésies,de lecture et d'Histoire...avec un grand H... sans oublier l'Italie !
  • Contact

CITATION

 

 

 «  La mer est un espace de rigueur et de liberté  »

Victor Hugo

Recherche

METEO

 

Texte Libre

 

blog-copie-1

 

o164glwk

 

Sans titre 2 

 

o164glwk

AMITIE

 

o164glwk 

 

 DSC01101

 

 

o164glwk

 

 

gd canal salute