Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

 Primavera bis

/ / /

6 Juin 1944 le débarquement...et la bataille de Normandie
 
J'allais avoir 9 ans, lors du premier bombardement de Condé, je me souviens que c'était le soir,..Je n'ai jamais réussi à effacer cette soirée de ma mémoire, ni oublier complètement les jours qui suivirent.
 
La Bataille de Normandie avait commencé et a duré près de trois mois.
 
Tous, je pense connaissent le sacrifice des soldats alliés, venus de si loin.
 
Le soir du 6 juin, 170 000 soldats alliés se battaient en Normandie, au matin du 10 juin ils étaient plus de 326 000. Le 24 juin les rapports alliés indiquaient que 750 000 hommes avaient débarqué depuis le 6 juin, Fin juillet le chiffre étaient de 1 500 000 hommes dont 900 000 américains.
 
Beaucoup de ces hommes sont tombés sur nos plages, dans notre bocage, et c'est justice de leur rendre hommage, de ne pas les oublier. Ils se sont battus et ils sont morts pour notre Liberté.
 
Le bilan militaire de la Bataille de Normandie
 
Les alliés comptaient 37 000 tués et 172 000 blessés.
 
Les allemands ont dénombré 50 000 morts, 80 000 blessés et 210 000 disparus. En 1962 une commission franco-allemande fonctionnait encore et parcourait, mètre par mètre, chaque herbage, chaque sente, recensant chaque mort, s'efforçant de poser des noms sur les exhumés.
 
Les victimes civiles
 
Combien connaissent le nombre de civils restés sous les bombardements, ces morts ont été longtemps occultés.
 
Le 6 juin, lors des premiers bombardements,les américains forts de 740 bombardiers lâchent 1 570 tonnes de bombes sur les villes de Lisieux, Pont l'Evêque,Argentan, Ecouché, Saint Lô, Valognes, Coutances,Vire, Flers de l'Orne, Condé sur Noireau...
 
Les alliés n'étant pas satisfaits du premier bombardement, dans la nuit les avions anglais  en basse altitude et en piqué, lancent à nouveau 3 500 tonnes de bombes entre minuit et deux heures du matin.
A Condé, et je pense qu'il en était de même pour les autres villes, ce serait ce deuxième bombardement qui aurait fait le plus de victimes parmi les habitants qui n'avaient pas quitté la ville, croyant que c'était fini. Des hommes étaient redescendus en ville pour secourir les blessés et nous ont laissées à l'abri dans les jardins ouvriers en dehors de la ville, et c'est de là que j'ai vu ma ville brûler.
 
 
Caen
 
Les bombardements de Caen avaient commencé à midi.
 
Dans la seule journée du 6 juin il y a eu 14 674 sorties d'appareils alliés dont 2 613 dirigés uniquement sur Caen. La capitale de la Basse Normandie a subi 72 jours de bombardements.
Elle aurait reçu 10 000 tonnes de bombes et 60.000 obus. La ville était détruite à 80% et il y eu 1 967 morts.
 
Lisieux 1 000 morts,Vire 400, Saint Lô 400, Coutances 350 et Condé 250....Des villes détruites et dont la reconstruction se fera en une vingtaine d'années.
 
La Basse Normandie a payé un lourd tribut à la libération de notre pays.
 
 
Le Calvados  8 100 morts
La Manche   3 700
L'Orne       2 100
L' Eure        900
 
En Haute Normandie
 
La Seine Maritime  4 850 morts ( Le Havre )
 
Il y a bien eu des messages, largués le matin du 6 juin, ils demandaient de quitter les villes qui devaient être bombardées....ils sont tombés dans les campagnes en dehors des villes....
 
Malgré leur grande souffrance les Normands ont bien accueilli leurs libérateurs, ont hébergé et caché des aviateurs tombés...les résistants normands ont beaucoup aidé les alliés....
 
Heureux d'être libérés, les Normands,n'ont peut être pas exprimé leur joie autant que dans d'autres régions de France....Comment le pouvaient ils ?
 
 
 
Après les bombardements, nous nous sommes réfugiés à Saint Denis de Méré à 3 kms de Condé et à 27 kms de Falaise. C'est donc à Saint Denis de Méré que la bataille nous a rattrapé en ce début d'août 1944. Quand exactement sommes-nous allés nous réfugier sous le tunnel de Gouttes? Je ne m'en souviens plus. Nous avons quitté ce tunnel quelques jours après le 15 août..  Le tunnel est situé sur la voie ferrée Caen- Condé, il est long de 1 791 m
 
J'ai appris par la suite que nous étions près de 1 200 sous ce tunnel. Un prêtre venait y célébrer la messe. L'autel avait été dressé sur un wagon plat qui avait été poussé, je crois à mi chemin sous le tunnel, un confessionnal avait même était prévu, une roue de bicyclette faisant office de grille. Je me souviens vaguement de cet autel, mais c'était quand même le premier autel que je voyais...Nous couchions sur le ballast, certains couchaient sur la voie ferrée. Il y avait de l'eau sur l'autre côté de la voie,il me semble que c'était un ruisseau., et que la plus jeune de mes soeurs y était tombée deux ou trois fois.
Imaginez un peu l'hygiène qu'il devait y avoir sous ce tunnel...Il y avait bien des toilettes installées à la sortie du tunnel ....mais il arriva un moment où beaucoup de personnes n'osaient plus sortir... le ruisseau était le bienvenu......
 
 
Le matin du 14 août , les allemands voulurent faire sauter le tunnel, un des réfugiés Monsieur Blochliger, qui parlait allemand, essaya de parlementer avec les chefs du détachement, mais les ordres devaient être exécutés....Accompagné de l'abbé Génissel, il se rendit  à l'état major allemand qui stationnait dans un château des environs.  Ils ne purent être reçus par le général, et ce fut le Colonel Jung qui promit que le tunnel ne sauterait pas  à la condition qu'il reste neutre et qu'il ne soit utilisé, ni par la Résistance , ni par les armées alliés. Un avis signé de ce colonel, rédigé en allemand et en anglais précisait que ce terrain " était réservé aux réfugiés " Cet avis devait être affiché à l'entrée du tunnel.          
( extrait du livre de Jean Brisset  La charge du taureau  Les combats de la 11 ème D.B. Britannique pour la libération du Bocage ).
 
 
J'ai su plus tard qu'il y avait des résistants sous le tunnel et deux aviateurs anglais..
 
Le tunnel n'a pas sauté...Merci à Monsieur Blochliger, à l'abbé Génissel et au Colonel Jung. Je leur dois d'être là.
 
 
Ce fut une patrouille britannique qui entra dans Condé, je crois le 16 août, un des deux véhicules qui composaient la patrouille était occupé par deux frères Samuel et Joseph Tibbets. Samuel Tibbets resta seul pour surveiller les véhicules, il raconta:
 
 " Lorsque je vis mon frère disparaître derrière les pans de murs, avec le lieutenant et le chauffeur,la sueur de peur commença à me rouler sur la figure. Je pouvais apercevoir, émergeant des ruines la tour solitaire de St Sauveur ; je pensai que peut être des tireurs ennemis étaient cachés là, prêts à détruire la patrouille. J'étais seul dans ce silence, oppressant et terrible, la sueur continuant à perler sur mon visage. J'avais beau regarder à gauche, à droite, devant moi,...de tous côtés ce n'étaient que poutres calcinées et amas de pierres d'où émergeaient ça et là des débris de mobilier. Pas un bruit, rien que le silence effrayant, pas un être humain, pas un être vivant, pas même un oiseau! "
 
                       extrait du livre de Jean Brisset   La charge du taureau
 
C'était la ville de mon enfance... Sa reconstruction se termina en 1963.
 
 
Pendant ces jours l'encerclement de la 7ème armée allemande, commencé le 7 août, se poursuivait, la poche de Falaise se refermait ...le 22 août , les allemands se retrouvaient encerclés par les  Américains et Français au sud, les Britanniques à l'ouest, les Canadiens et Polonais au Nord.... la route de Paris s'ouvrait aux alliés.
 
 
                        " C'est une des plus grandes tueries de la guerre "
dira le Général Eisenhower en visitant le champ de bataille.
 
 
"La Normandie a chèrement payé le prix de sa libération et celle de la France"
                          Jean Quellien  La Normandie au coeur de la guerre
 
 
 
En plus de livres dont je dispose, j'ai consulté les sites  Le Mémorial des victimes civiles 1944 et DDay-Overlod.com, Debarquement.com.....
 
 
Les villes se sont reconstruites, les pommiers, les boutons d'or, les coquelicots ont refleuris dans nos campagnes...et la vie a repris....
 
Aujourd'hui la Normandie est un des espaces historiques le plus visité de France.   

                                                                  Daniela

 

 

Cet article je l'ai écrit il y a quelques années sous la signature de Daniela dans mon " Espace perso de Daniela " . Nous avons, je pense un devoir de mémoire, pour que nos enfants et petits-enfants ne revivent ce que notre génération a vécu. Demain, la Normandie se souvient, elle rend hommage à tous ces morts militaires et civils qui sont tombés pour notre liberté.

 

 

                                                            Primavera, le 05 juin 2010

 

 

=================

 

                                                                            

  La ville de mon enfance été 1944

 

http://www.2gm-normandie.com/chronologie.php?part=33400&content=75

 

 

Aujourd'hui

 

5751156.jpg

 

 


 
 
 
 
 
 
 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Primavera

  • : Le blog de primavera
  • Le blog de primavera
  • : Amoureuse de la mer,je vis en Bretagne... passionnée de poésies,de lecture et d'Histoire...avec un grand H... sans oublier l'Italie !
  • Contact

CITATION

 

 

 «  La mer est un espace de rigueur et de liberté  »

Victor Hugo

Recherche

METEO

 

Texte Libre

 

blog-copie-1

 

o164glwk

 

Sans titre 2 

 

o164glwk

AMITIE

 

o164glwk 

 

 DSC01101

 

 

o164glwk

 

 

gd canal salute